banner

Benoît Menni, a consacré sa vie entière à l’humanité. Pour elle et pour son bien, il a donné sa vie entière.

Si vous voulez obtenir des informations le concernant, si vous souhaitez connaître quel était son style, quel était le trait le plus remarquable de son éblouissante personnalité, prenez une Bible, ouvrez l’Evangile aux pages de Saint Lucas et lisez :

“Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands qui le dépouillèrent (…) un samaritain qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion et, lorsqu’il le vit, il s’approcha, et banda ses plaies, en y versant de l’huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie et prit soin de lui.”

Cet homme, ce bon samaritain de l’Evangile, est le portrait le plus fidèle et le plus correct qui l’on puisse faire de Benoît Menni.

Le 11 mars 1841, il naît à Milan (Italie), du couple formé par Luis Menni et Luisa Figini ; il est le cinquième des 15 enfants.

Outre l’environnement familial, qui marque la vie de tout homme, quatre épisodes interviennent dans sa décision de devenir Frère de Saint Jean de Dieu :

  • Des exercices spirituels à 17 ans
  • Les conseils d’un ermite de Milan
  • Sa prière journalière face à un tableau de la Vierge
  • L’exemple des Frères de Saint Jean de Dieu prenant soin des soldats blessés qui arrivaient à la station de Milan en provenance de Magenta, service également pratiqué par Menni en personne.

En 1860, il intégra l’Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu en changeant son nom d’Ángel Hércules, imposé à son baptême, par celui de Benoît. Il suivit des études de philosophie et de théologie tout d’abord au Séminaire de Lodi, puis au Collège romain (Université pontificale grégorienne de Rome). Il fut ordonné prêtre en 1866.

Pío IX lui confia la mission complexe de restaurer en Espagne l’Ordre hospitalier en voie d’extinction, tâche qu’il entama en 1867.

A la restauration de l’Ordre en Espagne suivit également, vers la fin du XIXème siècle, la restauration du même Ordre au Portugal et, au début du XXème siècle, au Mexique. Le 31 mai 1881, il fonda la Congrégation des Sœurs hospitalières du Sacré Cœur de Jésus.

Ce fut un homme de charité inépuisable et doté d’exceptionnels dons de gouvernement. A sa mort, survenue à Dinan (France) en 1914, il avait créé 22 grands centres parmi lesquels asiles, hôpitaux généraux et hôpitaux psychiatriques. Sa dépouille repose à la Maison-mère de Ciempozuelos.

Le 23 juin 1985, il fut déclaré bienheureux par le Pape Jean-Paul II et, le 21 novembre 1999, il fut canonisé, acte par lequel sa sainteté fut reconnue par l’Eglise, une sainteté qu’il vécut à un niveau extraordinaire.

Télécharger biographie documentée de Saint Benoît Menni


Benoît Menni a consacré sa vie entière à l’humanité